Conseil pour discuter

avoir les intérêts des auditeurs

 

Dans les discours, on le remarque encore et encore : au bout de deux ou trois minutes, l’intérêt des auditeurs diminue. Et ils se demandent secrètement : quand le buffet sera-t-il enfin ouvert ? Les auditeurs attendent souvent le discours avec beaucoup d’impatience – à moins qu’ils ne connaissent déjà les longs “discours cérémoniels” du patron ou du président de l’association des années précédentes. Ainsi, les orateurs pourraient facilement inspirer leur public. Voici dix conseils pour y parvenir.

 

Conseil 1 : Soyez authentique.

Le succès d’un discours dépend principalement de la capacité de l’orateur à gagner la sympathie de son public. Sa structure et sa conception dramaturgique sont également importantes. Le contenu du discours, en revanche, a une influence assez faible sur son évaluation. Pour le dire simplement : l’orateur doit avant tout trouver un lien avec le public et bien présenter son contenu. Ce qu’il dit est d’une importance secondaire.

– PUBLICITÉ –

Mais comment un orateur peut-il gagner la sympathie du public ? Tout d’abord en paraissant authentique. Le discours doit donc être adapté à son corps. Il n’est pas très crédible pour un compteur de haricots de se présenter comme un joker. Ou si un loup solitaire fraternise verbalement avec les personnes présentes. Cela est et ne semble pas authentique. Ainsi, les auditeurs gardent leurs distances.

 

Conseil n°2 : emmenez les auditeurs dans un “voyage de réflexion”.

Un conférencier ressemble à un guide de voyage. Il emmène ses auditeurs dans un voyage de réflexion, par exemple au cours de l’année écoulée. Il doit donc réfléchir à l’avance : Quelle est la raison du voyage ? Où doit-il aller ? Et : Qui participera au voyage ? C’est seulement à ce moment-là qu’il doit planifier le programme du voyage, c’est-à-dire le contenu et l’ordre du discours.

Un discours lors d’une fête de Noël, par exemple, devrait être conçu différemment d’un discours du Nouvel An. Car lors d’une fête de Noël, il est essentiel de fêter ensemble, alors que lors d’une réception du Nouvel An, le public doit souvent déjà être préparé aux défis de la nouvelle année. Le discours peut donc contenir plus d’informations. Il peut également avoir un caractère plus attractif.

 

 

Conseil n°3 : Réfléchissez à l’avance : Qui est assis en face de moi ?

Lors de la planification du discours, l’orateur doit savoir “Qui est assis en face de moi ? Si les auditeurs sont principalement des employés qui voient rarement le patron, le discours doit être conçu différemment que si l’auditorium n’est composé que de cadres avec lesquels le patron s’entretient presque quotidiennement. Il est également important de savoir quelle est la relation entre les auditeurs. Se connaissent-ils bien ou ne se voient-ils qu’une fois par an ? Appartiennent-ils à la même organisation ou non ? Car lorsque les personnes présentes travaillent ensemble jour après jour, elles ont partagé des expériences auxquelles l’orateur peut se référer. En revanche, s’ils ne se voient qu’une fois par an, il doit recourir à d’autres éléments pour trouver leur oreille. Par exemple, les développements dans l’industrie à laquelle tout le monde appartient. Ou encore l’expérience partagée sur le mauvais moral des clients en matière de paiement.


Conseil n°4 : Communiquez avec les auditeurs.

Un bon orateur communique avec ses auditeurs – même s’il est le seul à parler. Par exemple avec ses yeux, en cherchant souvent à établir un contact visuel avec le public. C’est pourquoi les discours doivent être prononcés aussi librement que possible. Adressez-vous toujours personnellement au public. Non pas en utilisant la phrase “Mesdames et Messieurs” toutes les deux ou trois minutes, mais en posant au public des questions rhétoriques telles que “Connaissez-vous la situation suivante, …” ou “Peut-être ressentez-vous la même chose …”. En outre, intégrez dans votre discours des exemples tirés de l’expérience des auditeurs. Une touche d’humour et d’auto-ironie est également bonne pour chaque discours.

 

Conseil n°5 : La brièveté est le piment de la vie.

Plus un discours est court, mieux il est généralement. Un discours lors d’une fête de Noël ne devrait pas durer plus de dix ou quinze minutes. Même le discours du Nouvel An du Chancelier à la télévision ne devrait pas durer plus longtemps.

Un discours ne doit pas contenir plus de trois messages clés. Par exemple : les emplois sont sûrs. Notre entreprise est promise à un bel avenir. Et : si notre entreprise se porte si bien, c’est grâce à l’engagement de tous nos employés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *